Au Tchad, le festival Dary pour bien terminer l’année 2018

Article : Au Tchad, le festival Dary pour bien terminer l’année 2018
3 janvier 2019

Au Tchad, le festival Dary pour bien terminer l’année 2018

Du 22 décembre 2018 au 2 Janvier 2019, il s’est tenu à la place de la nation de N’Djaména, le Festival Dary. Avec pour slogan « Notre Pays, nos Merveilles », le festival avait pour objectif de valoriser le potentiel culturel et artistique tchadien à travers des danses, des expositions, des prestations artistiques, des jeux et de la gastronomie. 12 jours de festivités pour oublier et bien terminer l’année 2018 qui fut compliquée pour beaucoup de tchadiens.

Étant plus ou moins intéressé de culture, j’ai manifesté un certain enthousiasme quand j’ai appris qu’on organisait bientôt un festival à N’Djaména. Sachant qu’au Tchad l’année 2018 fût principalement marquée par la crise économique, les forums plus ou moins utiles, les grèves, les marches à répétitions, les affrontements au nord du pays, etc., assister à un festival serait une bonne façon de se changer les idées et mettre un peu de couleur à notre sombre quotidien.

Ma visite au festival

N’ayant pas pu me rendre au festival le 1er jour, car les routes étaient bloquées à cause de la visite du président de la République française au Tchad, j’y suis allé le lendemain vers 14 heures.

La place de la nation, lieu abritant le festival Dary, était pleine de monde et de couleurs. Le bleu, le jaune et le rouge, couleurs de notre cher drapeau national étaient visibles de partout.

Ballet, Bleu – Or – Rouge au Festival Dary. Photo : Annadjib Ramadane

Le festival dary était comparable à une sorte d’énorme village où chaque région du Tchad était représentée par une délégation, une habitation et les principaux éléments de sa culture.

Une région, une culture

Chacune des délégations provenant des différentes régions du Tchad étaient basées dans une reconstitution de leur habitation. Comme par exemple la simple case pour les habitants du Mayo Kebbi – Est, ou la tente pour les nomades.

Bienvenu au Borkou. Photo Annadjib Ramadane

Les différentes délégations rivalisèrent d’ingéniosité pour orner tant à l’intérieur qu’à l’extérieur leurs habitations. A l’intérieur de certaines habitations, on pouvait sentir une douce odeur d’encens mêlé à divers autres parfums.

De l’encens et des parfums au Festival Dary. Photo : Annadjib Ramadane

On pouvait voir différents objets d’intérieur comme des tapis faits à base de peaux d’animaux, des habits traditionnels, des couvertures, des ornements, des théières, des ustensiles de cuisine…
A l’extérieur, c’était plutôt les différents produits alimentaires et productions artisanales des régions qui étaient mises en valeur dans différents stands. On pouvait donc voir des assortiments de fruits et légumes secs.

Dattes au Festival Dary. Photo : Yacoub Doungous
Une calebasse pleine de tomates séchées au Festival Dary. Photo : Annadjib Ramadane

Il y avait aussi des produits qui font la fierté de certaines régions, comme le miel, le beurre de karité, la spiruline, le lait, le coton, la gomme arabique…
On pouvait admirer de belles réalisations artisanales comme des bagues en argent, des colliers de pierre précieuses, des instruments de chasse, des statuettes, des chaussures en peau etc.

Sandales devant le stand du Ouaddaï au Festival Dary. Photo : Annadjib Ramadane
Ardoise au milieu de chapelets et autres colliers. Photo : Annadjib Ramadane

Et parfois des livres qui parlent de la région. L’occasion d’apprendre énormément de la culture des autres.

Les différents tatouages des chameaux chez la communauté Zakawa. Photo Yacoub Doungous

Outre les stands et habitations, on pouvait aussi assister aux danses des différentes délégations.

Des danses et encore des danses

Si on devait résumer le festival en un mot, ce serait certainement « danses ». Durant les 12 jours du festival, on a eu droit toute la journée à des danses interminables. Chaque après-midi à la tribune de la place de la nation, 2 régions étaient invités à faire des prestations de danse devant une foule immense constituée d’officiels, de personnes venues en famille, d’amateurs de danses et de curieux. Une sorte de Battle traditionnelle avec des youyous, des sauts et des personnes qui battent inlassablement des mains.

Danseurs du Mayo Kebbi au Festival Dary. Photo : Annadjib Ramadane

Pendant que certains dansaient à la tribune, d’autres délégations dansaient devant leurs stands.

Danseuses du Logone Oriental au Festival Dary. Photo : Annadjib Ramadane

Vu l’affluence des personnes et la taille moyenne de l’endroit, on se senti très vite à l’étroit et de justesse, on évita à plusieurs reprises les débordements.

Les infatigables danseurs du Kanem au Festival Dary. Photo : Annadjib Ramadane

Après les danses qui se terminent généralement avant le coucher du soleil, place aux concerts et autres prestations artistiques.

Des soirées animées

Personnellement, je n’ai assisté à aucune des soirées du festival Dary, mais vu ce que j’ai pu observer, lire sur internet ou même entendre, les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands. Concerts, pièces de théâtres, Stand-up etc. Des artistes étrangers ont été invités et même un artiste tchadien vivant à l’étranger est venu pour faire un concert.

Epilogue

Je ne suis passé que 2 fois au Festival Dary. Lors de ma première visite, j’ai pris tout mon temps pour visiter les stands et prendre des photos.

Une femme de l’Ennedi-Est au Festival Dary. Photo : Yacoub Doungous

Lors de la seconde, j’avais un sentiment de déjà-vu. Les mêmes stands, les mêmes danses… il n’y avait pas vraiment de nouvelles activités, d’expositions ou de jeux comme promis par les organisateurs.

Sacs, coussins et chapeaux en peau au Festival Dary. Photo : Annadjib Ramadane

Quoi qu’il en soit, le festival Dary était une bonne initiative. Bravo aux organisateurs.

Bonne année à tous. Mes meilleurs vœux.

Annadjib

Partagez

Commentaires

Alio Mahamat
Répondre

Bravo aux initiateurs de ce festival Dary qui fait promouvoir les diversités culturelles et artistiques de nos différentes. Bravo à toi Annadjib pour ce riche billet.