Une journée à Mongo, à la découverte de la gastronomie tchadienne

Une rue de la ville de Mongo. Photo : Annadjib Ramadane.Une rue de la ville de Mongo. Photo : Annadjib Ramadane.

Partagez c'est gratuit !

Il y a quelques jours, j’étais à Mongo, ville de la région du Guéra, située à près de 500 kilomètres au Nord-Est de N’Djaména, pour prendre part à la deuxième édition de la « Journée de la gastronomie tchadienne ».

Tout d’abord, il faut savoir que la Journée de la gastronomie tchadienne a été organisée par « Guéra Touristique », une association à but non lucratif qui œuvre dans la promotion du tourisme, la valorisation de la culture et l’aide aux populations du Guéra. Une région beaucoup plus connue par ses longues chaines de montagnes – dont la fameuse « Reine du Guéra » – que par son histoire, ses cultures et ses richesses.

Reine du Guera

Depuis Mongo, on peut voir la Reine du Guéra. Une chaîne de montagne qui fait penser à une femme allongée sur le dos. Photo : Annadjib Ramadane.

La Journée de la gastronomie tchadienne avait pour but de mettre en valeur la « vraie » cuisine tchadienne. Celle où on n’utilise pas d’arômes artificiels ni d’organismes génétiquement modifiés (OGM), celle qui prend tout son temps pour bien cuire.

Un public et des exposants variés

Il est presque 11 heures et de la musique s’échappe du centre social de Mongo, lieu qui abrite la journée de la gastronomie tchadienne. À l’extérieur, quelques passants curieux s’arrêtent devant le centre pour savoir ce qui se passe. Les exposantes retardataires arrivent enfin et se pressent pour dresser leurs tables. La journée de la gastronomie tchadienne peut enfin commencer.

La cour interne du centre social de Mongo a accueilli une trentaine d’exposantes aux profils variés. Femmes au foyer, cuisinières de formations, membres d’associations féminines, de groupements ou de coopératives. Toutes étaient là pour faire découvrir leur cuisine au public, mettre en valeur les produits de leurs régions respectives et vendre leurs plats cuisinés.

Femmes Mongo

Une vue de quelques exposantes. Photo : Annadjib Ramadane.

Quant au public, il était composé principalement des populations locales, d’expatriés et de quelques invités.

Des plats variés

Les exposantes ont fait leur maximum pour nous concocter des plats traditionnels aussi variés que succulents. Pas comme à N’Djaména la capitale, où le menu à l’air de se résumer à 4 ou 5 plats…

Jarre Mongo

À Mongo, on cuit parfois la nourriture dans des jarres en terre cuite. Photo : Annadjib Ramadane.

Il y avait donc, entre autres, de la bouillie faite à base de fruits du savonnier, de la sauce poulet cuite à base de pâte de sésame, des haricots accommodés à de la pâte d’arachide, de la pâte dite « chalop », et tout un assortiment de sauces et de desserts.

Boule de mil rouge

Du Digari ou boule de mil rouge très appréciée à Mongo. Photo : Annadjib Ramadane.

A la capitale, nous sommes plutôt habitués à manger des plats cuisinés avec des arômes artificiels, cela fait que, par moment, leurs plats avaient l’air de ne pas être assez salés pour nous.

Haricot Mongo

On appelle ce plat « Haricot Endurance » car il est fait à base de haricot et de pâte d’arachide. Photo : Annadjib Ramadane.

Quoi qu’il en soit, on s’est bien régalés.

Marrara Tchad

Des tripes ou Marrara. Photo : Annadjib Ramadane.

Les plats coûtaient entre 500 Fcfa et 2000 Fcfa.

Kissar Gombo

Kissar sauce gombo. Photo : Annadjib Ramadane.

Il y avait beaucoup de plats inconnus pour moi.

Igname Mongo

Warchangalli. Une spécialité N’Djaménoise faite à base d’ignames et de viande. Photo : Annadjib Ramadane.

Et puis, il y avait les desserts…

Du gougour au lait. Photo : Annadjib Ramadane.

Le fameux Halou fi assiette…

Gelée à la tchadienne.

Hallou fi assiette. Une gelée délicieuse. Photo : Annadjib Ramadane.

 

Visite rapide de Mongo avant le retour

La journée de la gastronomie tchadienne se termina aux alentours de 17 heures. Vu qu’on devait rentrer à la capitale le lendemain matin, on a profité de notre temps libre pour nous promener en ville, fouler le sol rouge et poussiéreux de Mongo et escalader quelques rochers.

L’ancien gouvernorat de Mongo. Photo : Annadjib Ramadane.

Mon séjour à Mongo fut court mais riche en enseignements. Comme l’a dit une exposante : « On doit valoriser notre culture à travers sa cuisine ».

Cuisine de Mongo.

Pour finir, ce qu’on a mangé avec les amis. Photo : Annadjib Ramadane.

Annadjib.

6 Commentaires

  1. Merci pour ce récit très vivant de cette belle journée de la gastronomie tchadienne à Mongo ! Continuez à raconter le Tchad avec cette belle écriture !

Répondre à Serge Makaya Annuler le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *