J’ai participé à la formation Yali Dakar

Un car rapide. Photo : Annadjib Ramadane.Un car rapide. Photo : Annadjib Ramadane.

Partagez c'est gratuit !

J’ai assisté à la session 14 de la formation hybride du Centre Régional de Leadership de l’Afrique de l’Ouest, autrement dit la formation YALI Dakar. Cette formation s’est déroulée du 6 mars au 12 avril 2019, la formation est dite « hybride » parce que les 2 premières semaines ont lieu en ligne et les 4 restantes à Dakar au Sénégal.
Pour ceux qui se demandent ce qu’est le Young African Leaders Initiative (YALI), c’est une initiative du Département d’État des États-Unis. Pour résumer, l’objectif du programme est de :

Soutenir les jeunes leaders africains dans leurs efforts pour stimuler la croissance et la prospérité, renforcer la gouvernance démocratique et améliorer la paix et la sécurité dans le continent africain.

Cela via 3 filières au choix : Business and entrepreneurship, Civic Leadership et Public Management.
Après 2 semaines de formation en ligne marquées par des cours vidéos, évaluations, discussions et travaux de groupe, c’est naturellement que je suis allé à Dakar pour la suite de la formation.

Vue de la ville de Dakar. Photo : Annadjib Ramadane.

Vue de la ville de Dakar. Photo : Annadjib Ramadane.

Arrivée à Dakar pour la formation en présentielle

Je suis arrivé à Dakar un dimanche à l’aube accompagné d’une dizaine de compatriotes. Etant libre le jour de mon arrivée, j’ai profité de mon temps libre pour me promener et découvrir la ville en attendant que les choses sérieuses commencent.

 

Début de la formation Yali-Dakar

La formation Yali-Dakar a commencé par une activité de 2 jours, appelée la retraite. L’activité a pour but de permettre aux participants provenant d’une quinzaine de pays de faire connaissance, d’avoir un aperçu global des projets des uns et des autres, de bâtir des communautés à travers diverses activités plus ou moins ludiques axées sur la coopération.

Après cette 1ère phase, les différentes filières sont séparées par leurs emplois du temps et débutent alors les activités dites intensives.

Etant dans la filière « Business et Entrepreneurship », mes journées étaient marquées par des ateliers, des rencontres, des panels, des sorties pédagogiques, conférences et travaux de groupes. Les journées étaient très chargées et parfois épuisantes.

Malgré tout ça, j’ai pu apprendre énormément des formateurs qui étaient vraiment très motivés et impliqués, des différents invités aux parcours atypiques et des autres participants et leurs projets.

La team Business and Entrepreneurship après une séance de travail au Synapse Center. Photo : Synapse Center.

La formation ne se résumant pas seulement aux cours, le 1er week-end on a pu visiter 2 lieux emblématiques de la ville de Dakar.

Visite du monument de la renaissance Africaine

En début de journée, on est allé au Monument de la Renaissance.

Le monument en question fait 7000 tonnes et surplombe la ville de Dakar. Avant d’arriver au pied de la plus grande statue au monde (car elle fait 52 mètres, donc plus grande que la statue de la liberté et de celle de Rio) il faut monter 188 marches. Selon le guide, c’est la plus grande construction en Afrique après les pyramides d’Egypte. Le monument abrite en son sein un beau musée de 3 étages. On peut prendre un ascenseur pour arriver au sommet du monument et avoir une très belle vue de la ville de Dakar.

Monument de la renaissance Africaine. Photo : Annadjib Ramadane.

Monument de la renaissance Africaine. Photo : Annadjib Ramadane.

Pour conclure, il faut retenir :

  • L’idée de construire un tel monument était d’Abdoulaye Wade, ancien président du Sénégal.
  • L’architecte était un sénégalais.
  • C’est une compagnie Nord-Coréenne qui s’est chargée de bâtir l’édifice.
  • Tout a été fait et monté au Sénégal.
  • Le tout pour un budget de 12 milliards de Francs CFA.

Après le monument de la renaissance, on est allé visiter la célèbre île de Gorée.

Visite de l’île de Gorée

L’île de Gorée, située dans la baie de Dakar et dans l’océan atlantique, est un lieu emblématique de cette tragédie qu’est la traite négrière. Lors de la visite de ce lieu classé sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1978, j’ai vu des visages serrés et tristes quand le guide racontait comment les esclaves étaient entassés dans de minuscules cases, comment on s’y prenait pour les enchaîner et les lyncher… Puis des visages bizarrement souriants quand il s’agissait de faire des selfies dans la célèbre maison des esclaves.

Quelque part sur l'île de Gorée. Photo : Annadjib Ramadane.

Quelque part sur l’île de Gorée. Photo : Annadjib Ramadane.

Par ailleurs, l’île étant autant un lieu de tourisme que de mémoire, on se perd vite dans ses ruelles étroites et colorées, on peut visiter ses anciens musées, ses 28 maisons des esclaves et admirer les différentes œuvres d’art qui y sont exposées.

Après ces fascinantes visites, les journées restantes de la formation Yali Dakar se sont très vite enchaînées et on a terminé notre séjour par une soirée culturelle marquée par les prestations artistiques des différents participants.

La formation YALI Dakar fût une belle expérience car on y apprend beaucoup, on découvre de nouvelles cultures, on se fait pleins de nouveaux amis et on peut, si on tombe au bon moment, assister à une fête nationale.

 

Durant mon séjour, j’ai également pu passer une soirée avec Lucrèce et Roger, 2 amis mondoblogueurs de longue date.

Merci pour tout.

Annadjib.

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *