En bref, notre quartier est innondé

© Getty Images/Tetra Images
Partagez c'est gratuit !

N’djaména. On est au quartier N’Gabo, dans le 8ème arrondissement de la capitale tchadienne. Les rues sont inondées, au loin on voit une voiture bloquée dans la boue, un malheureux motard qui a surement glissé -sa djellaba est recouverte d’une mixture marron et visqueuse- on voit aussi une charrette qui transporte une moto et quelques personnes… En bref, c’est la saison des pluies.

Il y a une semaine, une violente averse s’est abattue sur N’Djaména. Certains disent dans mon quartier que c’est une pluie comme on en voit tous les cinq ans. En une nuit, le canal de drainage des eaux pluviales a été saturé au point de déborder dans les rues. Les eaux du quartier ne pouvant plus s’écouler, elles sont restées à l’intérieur du quartier, de sorte que le lendemain une étendue d’eau de près de 700 mètres est apparue dans la rue principale (qui est un peu basse). Beaucoup de maisons ont été inondées et les occupants ont été obligés de partir en attendant que l’eau s’écoule enfin.

Difficile de sortir du quartier

Depuis que le quartier est inondé, il est difficile d’en sortir. Les bus et les taxis ne peuvent pas traverser l’étendue d’eau, ils attendent donc les clients tranquillement de l’autre côté.

Pour traverser, chacun se débrouille. Soit on y va à pied, en prenant le risque de  se mouiller, de se salir ou même de glisser, soit on attend qu’une grosse voiture passe par là (un 4X4 de préférence) pour s’y accrocher vite fait. Mais on prend alors le risque de tomber parce que le propriétaire de ladite voiture a refusé de s’arrêter un moment pour permettre aux gens de monter…

Heureusement, il y a un moyen plus sûr et moins salissant de traverser l’étendue d’eau : les charrettes.

Dès le premier jour de l’inondation, l’esprit entrepreneurial des tchadiens s’est manifesté. Une douzaine de charrettes tirées par des chevaux sont apparues dans les rues du quartier. Les charrettes transportent en moyenne sept personnes, et le prix est de 100 FCFA pour un passager. Les charrettes transportent aussi des motos, des meubles etc.

Certains au quartier considèrent les charrettes comme une humiliation, un retour vers le passé, mais comme on n’a pas le choix, on fait avec. Il y aurait eu des pirogues, on serait quand même monté dessus.

Et la mairie dans tout ça ?

Deux ou trois jours après l’inondation du quartier, des agents de la mairie sont venus faire un état des lieux. Aux dernières nouvelles, un Caterpillar est enfin sur les lieux et creuse tant bien que mal un caniveau pour évacuer l’eau. En attendant, on utilise toujours les charrettes !

Annadjib.

Partagez c'est gratuit !

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *