La blogosphère tchadienne, entre désertion et déception

Partagez c'est gratuit !

Il n’y a plus de blogosphère tchadienne. Ou peut être qu’il n’y a en a jamais eu, difficile à dire.

D’après les informations que j’ai pu recolter ici et là, la blogosphère tchadienne n’est pas aussi jeune qu’on le pense. Les premières traces de blogs tchadiens remontent aux années 2002-2004. Puis de 2006 à nos jours, la blogosphère tchadienne a connu une sorte d’expansion avec la création de près d’une centaine de blogs. Et puis, plus rien…

La blogosphère tchadienne est remplie de déserteurs et de blogs fantômes

Si on devait résumer la blogosphère tchadienne en quelques mot, ce serait : le vide.

Derrière cette masse de blogs et d’individus qui se réclament plus ou moins blogueurs sur les réseaux sociaux, alors que pour la plupart, ils n’ont même pas de blogs, il n’y a malheureusement rien. Au delà du paraître, le blog c’est avant tout le contenu. Un contenu régulièrement mis à jour et parfois diversifié. Un contenu qui manque cruellement à la blogosphère tchadienne.

En fouillant avec ardeur sur le web, on tombe sur une multitude de blogs tchadiens à l’arrêt. Des blogs qui, pourtant étaient bien partis : contenu diversifiés, régularité et surtout une certaine passion s’en dégageait. Et du jour au lendemain, plus rien. La passion disparaît et on passe naturellement à autre chose.

J’ai aidé quelques amis à créer et configurer un blog. J’en ai suivi quelques uns au cybercafé et j’ai entendu en vain qu’ils postent leur 1er billet.

Le problème avec la perception du blogging qu’on a au Tchad, c’est que beaucoup sont persuadés qu’il suffit juste de créer un blog et le contenu viendra. Alors que c’est faux. C’est pour ça que je suis contre l’idée d’organiser à tout bout de champ des formations en blogging, car on rassemble juste des curieux qui savent pas comment tuer le temps, on les « force » à créer un blog et à rédiger leur 1er article qui sera forcément le dernier. Et c’est comme ça qu’on fabrique des déserteurs et des blogs fantomes.

La blogosphère tchadienne, une déception

C’est triste à dire, mais ceux qui sont entrain de tuer à petit feu la blogosphère tchadienne, ce sont les blogueurs eux même.

D’un côté on a les activistes politiques : ce sont les plus nombreux. J’ai rien contre eux, mais grâce à leur remarquable héritage, la blogosphère tchadienne se résume à du contenu négatif. Attaques personnelles contre tel homme politique ou proche du régime, colportage de ragots sans vérifier les sources etc.
Et ce qui est étonnant avec cette pratique du blogging, c’est que ça marche. Elle crée des célébrités, elle joue énormément quand on fait une demande d’asile et elle transforme parfois des inconnus en experts du pays sur de grandes chaînes internationales. Bravo.

De l’autre côté, on a les simples blogueurs qui ont trouvés toutes les raisons du monde pour arrêter de bloguer. Bloguer au Tchad est certe difficile, mais faut quand même faire des efforts, accepter les critiques et essayer chacun de son côté de faire bouger les choses.


Dans un prochain billet, je vais essayer d’expliquer ce que ça coûte d’être un blogueur au Tchad, pourquoi les blogs tchadiens sont à l’arrêt.
À très bientôt.

Annadjib

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *