Santé publique : lancement de la campagne #RégléeCommeElle

Violences, mutilations, mariages précoces et humiliations sont le lot quotidien d’une partie des tchadiennes. Leur place dans la société, bien qu’on soit au 21ème siècle n’est pas de choix et certains domaines importants de leur éducation sont encore zappés par l’Education Nationale. Notamment l’éducation et l’hygiène sexuelle qui existent déjà dans plusieurs programmes scolaires des pays de la sous-région.
Ainsi parlant d’éducation sexuelle et principalement d’hygiène, un point important pour les filles est presque jamais abordé par les parents, que ce soit le père ou la mère, la question générale des règles est traitée à la va-vite. Le père, le frère et l’époux tchadien, même dans le pire des cas, n’abordent jamais la question des règles avec ses femmes avec qui ils partagent leur quotidien. Cet état de fait est dû au caractère tabou de « la chose ».

D’où surgissent des problèmes

La femme tchadienne est principalement ménagère, dans certaines tribus, elle ne reçoit les bases de son éducation et hygiène sexuelle qu’a l’approche du mariage. Mais le problème posé ici c’est que l’actuelle jeune fille tchadienne est principalement scolarisée et certaines ont eu « le malheur » d’avoir pour la 1ère fois leurs règles sur les bancs de l’école, suscitant ainsi mépris, dégoût de leurs camarades qui ne comprennent rien de ce phénomène inévitable.

La jeune fille recevra des conseils parfois avisés et malheureusement dans la plupart  des cas insuffisants pour gérer ses menstruations. L’important pour elle sera juste de savoir à quelle date se présentent les « bérets rouges » comme elles les appellent ici, et juste pouvoir stopper ce flux de sang par n’importe quel moyen, celles ayant un peu de moyens pourront utiliser les lingettes et cotons bon marché qu’on vend dans toutes les boutiques et d’autres des lingettes plus adaptées.

La provenance des serviettes étant inconnue, plusieurs problèmes se posent :

  • Ils ne sont pas adaptés à tous
  • Parfois ils causent des irritations et infections

La campagne #RegléeCommeElle

Affiche de la campagne #RegléeCommeElle . cc Entreprendre l’Afrique

En vue de répondre aux problèmes posés par le caractère tabou de l’éducation et l’hygiène sexuelle au Tchad, Entreprendre l’Afrique en partenariat avec WenakLAbs lance la campagne de collecte de produits d’hygiène intime pour les jeunes filles au Tchad#RegléeCommeElle, le but de la campagne étant de :

  1. Collecter des produits d’hygiènes intimes
  2. Faire une campagne de sensibilisation de masse dans les villes et les villages
  3. Plaidoyer pour l’introduction d’un programme « d’Education à la Vie Familiale » au collège (de la 6ème à la 3ème)
  4. Créer avec le soutien des ONG et autres bailleurs des centres d’écoute et de conseils des jeunes filles mais également des infirmeries dans les écoles publiques qui n’en ont pas

Cette situation étant source de nombreux problèmes de santé de reproduction, de troubles psychologiques et surtout un frein majeur à la scolarité de ces filles, la campagne espère avec l’aide de tous pouvoir assurer une meilleure hygiène de vie à toutes ses femmes qui nous sont si chères.

Pour nous contacter : contact@entreprendrelafrique.com

Vous pouvez aussi lire un autre article de la campagne ici

Annadjib

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *