Tchad : la fermeture de la frontière avec la Libye est un calvaire pour la population

Partagez c'est gratuit !

Le Tchad ferme sa frontière avec la Libye

Jeudi 5 janvier, le premier ministre tchadien a annoncé la fermeture de la frontière nord du pays avec la Libye dans un message radiotélévisé. Le Tchad et la Libye c’est plus de 1000 kilomètres de frontière qui, depuis le conflit des années 80, était ouverte.

Le gouvernement justifie la fermeture pour des raisons sécuritaires, il a fait état d’« une potentielle grave menace d’infiltration terroriste ». La frontière est en effet poreuse et, depuis la crise libyenne, elle est devenue un véritable nid à calamités comme le terrorisme et les rébellions.

On pourrait s’arrêter là car défendre le territoire national est l’un des devoirs de l’État, mais cette fermeture est un véritable calvaire pour les populations.

La situation particulière du nord

Le nord du Tchad c’est 3 régions, Bourkou, Ennedi et Tibesti. Le point commun entre ces régions c’est qu’elles sont plus proches des grandes villes libyennes que des grandes villes tchadiennes.

Carte du Tchad

 

La ville libyenne la plus proche de la frontière est Al khoufra, elle est à  750 km d’Ounianga kebir qui se trouve au nord du TchadTandis que N’Djamena, la capitale tchadienne, se trouve à plus de 1300 km d’Ounianga Kebir… quasiment le double en distance !
On peut donc dire que les villes de l’extrême nord du pays dépendent plus des villes libyennes, qui sont géographiquement beaucoup plus proches, que des grandes villes du Tchad.

Nord du Tchad. Credit photo Rfi

 

Des liens historiques et économiques

Historiquement, le Tchad a des tribus communes avec la Libye, les Toubou en sont le parfait exemple.

Credit photo

Les Toubous sont aussi présents au Niger. Crédit photo : Tamoudre.org

 

Les relations commerciales se font principalement avec la Libye qui approvisionne à 90 pour cent le nord du Tchad.

Aussi, les populations préfèrent aller se soigner là bas car on y trouve des soins de qualité.

Des Nomades. Crédit photo Rfi


Les problèmes que cause la fermeture de la frontière

Jusqu’ici, malgré l’insécurité frontalière, les échanges économiques continuaient tant bien que mal.

La subite fermeture de la frontière va s’accompagner d’une hausse du prix des produits qui viendront désormais d’Abéché (à l’Est) et du centre.

Les populations qui voudront des soins de qualité devront aller soit à la capitale, soit au Soudan voisin proche d’Abéché.

Avec la crise que vit déjà le Tchad, c’est un problème de plus qu’on ne résoudra pas de sitôt.

Annadjib

Partagez c'est gratuit !

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *